Sur les traces de Joachim Murat

Sur les traces de Joachim Murat

Terre natale d’un Roi, plongez dans l’histoire et rencontrez Joachim Murat, personnage historique emblématique de Labastide-Murat.

Le Musée Murat, un lieu chargé d’histoire

Le musée est fermé en raison de travaux.

Situé à Labastide-Murat (Cœur-de-Causse), le musée Murat est le cadre originel du destin exceptionnel d’un enfant du Lot, devenu maréchal d’empire puis roi de Naples.

Le musée Murat est l’une des rares maisons natales d’un Maréchal de France restée en l’état depuis 200 ans dans une maison typique du Quercy. Les parents de Joachim Murat y tenaient auberge et les salles du rez-de-chaussée ont été conservées avec leur mobilier typique. Le rôle de Murat dans l’épopée napoléonienne est évoqué à l’étage au travers de nombreux souvenirs et objets historiques.

Reconnaissance officielle de la valeur patrimoniale du site, le musée a été distingué par le ministère de la Culture et de la Communication au titre du label « Maison des illustres ».

Ouvert du 15 juillet au 15 septembre de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h. Contact : 05 65 53 43 81
Adresse : Place de Tolentino – Labastide-Murat – 46 240 Cœur-de-Causse

Histoire de Joachim Murat (1767 – 1815)

Fils de Pierre Murat et Jeanne Loubières, Joachim MURAT né le 25 mars 1767 à Labastide Fortunière, devenue Labastide-Murat en 1852 en hommage à son illustre enfant. Ses parents tiennent une auberge relais de chevaux pour les voyageurs et pèlerins. Ses débuts comme cavalier s’exerceront dans la cité bastidoise. Depuis 1959, l’ancienne auberge est devenue le Musée Murat.

Sa mère souhaite pour son fils un enseignement de qualité pour être ecclésiastique. Il sera élève au Collège Saint-Michel de Cahors (actuel Lycée Gambetta) et chez les Lazaristes à Toulouse. Dans cette dernière, il s’engage en 1787 dans l’Armée. Sa vocation n’est pas religieuse mais militaire.

Plus tard, il adhère à la Révolution et sera délégué du Département du Lot à la Fête de la Fédération le 14 Juillet 1790, à Paris. En 1792, la République est proclamée.

La première rencontre entre Murat et Bonaparte va se situer en 1795 à Paris, lors d’une des nombreuses journées révolutionnaires. De cette date, Murat va devenir l’un de ses compagnons d’armes en Italie et en Egypte. Son action est déterminante dans la réussite du coup d’Etat de Bonaparte en 1799. En 1800, Murat épouse Caroline Bonaparte, l’une des sœurs du Premier Consul. Napoléon crée une nouvelle dynastie. En 1804, il est empereur des Français. Joachim et Caroline Murat appartiennent à la famille impériale.

Sous le Premier Empire, Murat sera Prince d’Empire, Maréchal, Grand Amiral de France, Grand Duc de Berg et de Clèves de 1806 à 1808 et Roi de Naples et des Deux Siciles de 1808 à 1815. Napoléon va maintenir les conquêtes territoriales de la Révolution Française. Tout au long de son règne, il devra combattre les diverses coalitions européennes dirigées contre l’Empire Napoléonien.

A la tête de la cavalerie, Murat va s’illustrer par de hauts faits d’armes, comme à Austerlitz (1805), Iéna (1806), Eylau (1807) et la Moskowa (1812). En 1806, Napoléon décrète l’instauration du blocus continental, interdisant tout commerce avec l’Angleterre. Cette décision aura pour conséquence la guerre d’Espagne et la campagne de Russie.

Au cours de l’année 1808, les troupes françaises entrent en Espagne sous le commandement de Murat. Rapidement, Murat prend conscience d’un soulèvement probable de l’Espagne contre les français. Il sera prudent dans ses décisions mais ferme lors de la Révolte de Madrid en Mai 1808.

Joachim et Caroline Murat deviennent Roi et Reine de Naples et des Deux Siciles au cours de l’année 1808. Sa gouvernance est illustrée par une politique de profondes réformes. On peut citer de grands travaux d’aménagement du territoire, le développement de l’Instruction Publique, l’ascension sociale facilitée, un redressement des finances opéré par le compatriote et ami de Murat, Jean-Michel Agar, Comte de Mosbourg.

Amis des Arts, Joachim et Caroline Murat feront venir des artistes à Naples et décideront d’accélérer les recherches à Pompéi et Herculanum. Lorsque Murat est auprès de Napoléon, Caroline est régente. Elle se révélera une souveraine respectée dans l’exercice de ses pouvoirs.

En 1812-1813, la Retraite de Russie est l’occasion pour les Alliés de mettre fin de manière irrévocable à l’Empire Napoléonien. Avec la conjuration du Général Malet, Napoléon se dirige sur Paris et laisse le commandement de la Grande Armée à Murat. Ce dernier quitte en 1813 la Russie pour Naples, menacé par les Anglais et les Autrichiens. Eugène De Beauharnais, beau fils de Napoléon, assume les fonctions militaires de Murat.

Le Roi de Naples revient combattre avec l’Empereur aux batailles de Dresde et Leipzig durant la campagne d’Allemagne de 1813. A Erfurt, en Octobre 1813, a lieu la dernière entrevue entre Napoléon et Murat. Ils ne se reverront plus.

Dès lors, l’ultime action de Murat va se jouer en Italie. Cette dernière est confrontée aux vues stratégiques de l’Angleterre, de l’Autriche et de Napoléon. Roi de Naples dans l’Empire Napoléonien, Murat va essayer de se maintenir comme souverain dans une future Europe semblable à celle d’avant 1789. Dans ces pourparlers avec les Alliés, Murat veut éviter des choix irréversibles concernant l’intégrité territoriale du Royaume de Naples.

La campagne de France s’achève avec l’abdication de Napoléon en avril 1814 au château de Fontainebleau. L’Empereur part pour l’Ile d’Elbe. Des contacts discrets vont exister entre l’Ile d’Elbe et Naples. En février-mars 1815, l’Empereur regagne la France.

Au cours de sa vie, Murat a toujours été très attentif aux expressions hostiles ou favorables du sentiment national des peuples européens. Précurseur de l’Unité Italienne, Murat, par la proclamation de Rimini du 30 mars 1815 appelle les italiens à s’unir pour l’Indépendance de l’Italie. Face aux Autrichiens, c’est malheureusement la défaite militaire de Tolentino les 2 et 3 mai 1815.

Au cours du 19ème siècle, Guiseppe Garibaldi rend hommage à Murat pour son action en faveur de l’Italie. Napoléon III sera le continuateur de la politique de Murat dans l’édification de l’Italie. Le jumelage entre Labastide-Murat et Tolentino en 1961 et 1962 sera un hommage solennel au précurseur de l’Unité Italienne.

Le Congrès de Vienne proclame le principe de la Légitimité des dynasties ayant régné en Europe avant 1789, d’où le retour des Bourbons en France et à Naples. Dans ce contexte, Murat décide de reconquérir le Royaume de Naples. Il quitte la Corse avec ses compagnons en direction de l’Italie et débarque dans la Ville de Pizzo en Calabre. Sitôt arrivé, il est arrêté et emprisonné.

Dès ce moment, le sort de Murat est malheureusement et définitivement scellé par sa mort prochaine. Une commission militaire est constituée. Elle condamne Murat à être fusillé. Le 13 octobre 1815, devant le peloton d’exécution, avec un très grand courage, Murat commande le feu en s’écriant « Soldats, faites votre devoir, tirez au cœur mais épargnez le visage ! ».

A l’heure actuelle, le corps de Murat se trouve à l’intérieur de la cathédrale Saint Georges de Pizzo en Italie. Son ami Jean-Michel Agar, Comte de Mosbourg écrira « Il sut vaincre, il sut régner, il sut mourir ».

Biographie réalisée par Gérard Fénelon, de l’Association des Amis du Musée Murat – Février 2021

Illustrations : Musée Murat © CCCLM ou domaine public